Beauté

Voici comment le yoga influe sur votre réaction de combat ou de fuite, selon la science

Voici_comment_le_yoga_influe_sur_votre_réaction_de_combat_ou_de_fuite,_selon_la_science

Le système nerveux est plein de complexité et d’intrication.La pratique du yoga peut affecter directement des parties du grand système nerveux, le système nerveux parasympathique (SNP) et le système nerveux sympathique (SNS), sa contrepartie.

Le SNP est la partie  » repos ou digestion  » du grand système nerveux autonome (SNA), tandis que le SNS est son pendant  » combat ou fuite « .

 

Comprendre le système nerveux parasympathique et le  Système nerveux sympathique

Alors que certains types de yoga sont destinés à ralentir le corps, il existe d’autres pratiques qui font le contraire, en affectant le système nerveux sympathique (SNS), le pendant du système nerveux parasympathique (PNS). Ces types de pratiques de yoga accélèrent le corps.

Le SNP est la partie  » repos ou digestion  » du système nerveux autonome (SNA) plus vaste, tandis que le SNS est la contrepartie  » combat ou fuite « . Le SNS est activé lorsque nous ressentons un sentiment de danger, ou une menace perçue.

 

Les pratiques de yoga plus douces, ou plus calmes, comme celle-ci, comprennent des asanas (poses) apaisantes ou douces, une respiration profonde et la méditation. Certaines pratiques de yoga peuvent aider à atténuer le stress en ralentissant diverses fonctions du corps, ce qui entraîne un sentiment général de calme.

À l’inverse, il existe des pratiques de yoga qui activent le SNS qui sont tout à fait différentes. Cependant, bien que différentes, elles peuvent entraîner des bénéfices psychologiques, émotionnels et physiologiques.
 
 

Voici la science derrière le système nerveux sympathique

Le SNS du système nerveux autonome est responsable du maintien d’un état équilibré (homéostasie) au sein de divers systèmes organiques du corps.

Les réponses sympathiques concernent l’action, comme celles qui s’activent juste avant que l’on se réveille du sommeil, ou un état détendu du corps qui est antagoniste à la réponse sympathique.
 

Voici comment il fonctionne lorsqu’il est activé:

Le SNS fonctionne en conjonction avec le cortisol et l’adrénaline entraînant une augmentation de la fréquence cardiaque, des changements dans les niveaux de sucre dans le sang et une augmentation de la pression artérielle. Le sang et l’oxygène sont envoyés aux plus grands muscles du corps, comme le tronc, et les bras et les jambes, afin que l’on puisse échapper au danger perçu ou aux menaces de préjudice.
 

Le SNS est activé lorsque nous ressentons un sentiment de danger, ou une menace perçue.

 
Il existe des impulsions chimiques qui partent de la moelle épinière vers le tissu cible et stimulent des processus comme l’augmentation du rythme cardiaque, la fermeture du système digestif, la dilatation des bronches pour accueillir plus d’air riche en oxygène, la dilatation des pupilles, la constriction des vaisseaux sanguins pour faire monter la pression artérielle et l’activation de la transpiration.

Il existe des messages afférents, ou signaux, qui partent des récepteurs des menaces externes vers la moelle épinière pour susciter la réponse afférente de celle-ci.

 

Maintenant – Voici comment ces informations s’appliquent au yoga

 

Dans certains types de yoga comme le yin yoga, le hatha yoga ou le yoga restaurateur, le SNP est stimulé. Le cœur commence à ralentir, la respiration se régule ou s’approfondit par , ce qui entraîne un effet calmant ou paisible. Les pratiques qui activent généralement le SNP sont des pratiques plus douces, plus calmes et plus lentes.

Dans les pratiques plus dynamiques, comme le Kundalini Yoga, il peut y avoir des postures plus difficiles. Le rythme de la classe ou le flux peut augmenter.

 

Or par exemple, lors de la pratique de la posture du guerrier III, elle nécessite de l’équilibre, de la concentration, et est alimentée par la stimulation du SNS, permettant le flux d’énergie, de neurotransmetteurs et d’hormones pour dynamiser le corps afin de tenir la posture.

 

Lorsque nous coulons dans les postures, ou que nous sautons à nouveau dans la Chaturanga Pose, le rythme cardiaque augmente, le sang pompe, et le corps est énergisé.

 

Pratique du yoga pour le système nerveux sympathique

 

Certains jours, vous pouvez avoir envie du défi d’un cours d’ashtanga yoga, et d’autres, de la facilité d’un yoga restaurateur. Écoutez votre corps et honorez ce dont il a besoin, en honorant les deux aspects, SNS et PNS, du Système Nerveux Autonome.

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on google
Google+