Lifestyle

Les bienfaits du sureau et son histoire effrayante

Les_bienfaits_du_sureau_et_son_histoire_effrayante

Il y a peut-être plus de raisons que vous ne le pensez d’utiliser le sureau à cette période de l’année. À l’université, j’étais fasciné par les histoires que les humains racontent sur les plantes pour transmettre leurs connaissances traditionnelles. Dans chaque histoire, il y a une mémoire culturelle transmise dans le récit.

 

Histoires culturelles sur le sureau

C’est presque Halloween et un moment amusant pour examiner certaines des histoires effrayantes que les humains ont racontées sur les plantes. Le sureau est une plante de l’ancien monde. En Europe, la variété est Sambucus nigra, et c’est de là que proviennent certaines de ces histoires.

 

…le buisson de sureau est sacré pour Holle, le gardien des morts. Cette entité a été représentée de diverses manières dans plusieurs cultures. Elle est tour à tour une sorcière et une mère nourricière. Dans tous les cas, il ne faut pas badiner avec elle. On ne coupe ou ne brûle jamais l’ancien sans risquer son courroux. Il est encore de notoriété publique que le sureau est planté dans votre jardin pour veiller sur les plantes de la région. Cette figure de sorcière/mère est censée être un pont entre la vie et la mort, communiquant avec les âmes et les aidant à passer.

Pour ces raisons, les gens ont porté des bouts de bois de sureau dans leurs poches pour se protéger, ont attaché des prières à ses branches et ont rêvé sous son auvent la veille d’une nuit d’été. La veille de la Toussaint, lorsque les gens croient que le voile entre les mondes est le plus mince, la vieille femme dans le sureau est sûrement très active.

Des histoires comme celles-ci ancrent l’importance d’une plante dans la culture qui les raconte. Le sureau (Sambucus canadensis ici aux États-Unis) est en effet une plante magique. C’est une pharmacie à elle seule. Toutes les parties de la plante ont été utilisées pour un large éventail de problèmes de santé. Les Amérindiens utilisaient régulièrement l’écorce et les feuilles, tant en interne qu’en externe, pour traiter des problèmes tels que les parasites, les contusions, les entorses et les tendons anormalement tendus. Aujourd’hui, l’écorce et les feuilles ne sont pas souvent utilisées, car on craint qu’un composé de type cyanure présent dans la plante ne présente un risque pour la santé. En vérité, les toxines de la plante sont tamponnées de telle manière qu’elles provoqueraient des vomissements bien avant qu’un niveau toxique ne soit ingéré.d

 

Bienfaits du sureau moderne

De nos jours, le sureau est plus important pour nous en raison de ses composés antibiotiques. On retrouve la baie dans les sirops à cette période de l’année pour lutter contre la grippe. En fait, des études ont montré que le sureau est très efficace pour raccourcir la durée de la souffrance et minimiser les symptômes d’une grippe. En laboratoire, on constate également que le sureau a une activité contre des maladies oubliées comme les oreillons et la rougeole. En fait, dans le battage médiatique sur l’ébola, il est intéressant de constater que Stephen Buhner mentionne dans son récent livre, Herbal Antibiotics, que le sureau a montré une activité contre ce virus également.

Aujourd’hui, notre culture n’a pas peur d’une sorcière vivant dans le tronc d’un sureau. Nos histoires de cauchemar semblent concerner la grippe et l’ébola. L’aîné figure en bonne place dans ces histoires à dormir debout parce qu’il a de la valeur pour nous garder en bonne santé. Ceux d’entre nous qui tiennent compte de ces contes seront sûrs de manger leur sirop de sureau à l’approche de l’hiver !

 

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on google
Google+